Découvrez également

La Team USA au sommet du basketball mondial

infoadmin | 10.10.2016 à 00h00Mis à jour le 26.01.2022 à 06h17
La Team USA au sommet du basketball mondial

Quand beaucoup pensent à l’équipe masculine de basket-ball américaine, c’est la Dream Team de 1992 qui leur vient à l’esprit. Une équipe invincible dont l’héritage semble avoir été perpétué jusqu’aux récents Jeux Olympiques de Rio par l’actuelle Team USA, qui a remporté une troisième médaille d’or consécutive. 

Pourtant, il faut se rappeler que cette dernière à connue un passage à vide en 2002 et 2004, avant de retrouver le chemin de la gloire. Retour sur une domination retrouvée sur le ballon orange.

Une Team USA décevante de 2004 à 2006

Après les mondiaux de basketball de 2002 organisé aux États-Unis, où ils n’ont même pas figuré sur le podium, le monde du basket attendait une réaction des joueurs NBA de Team USA aux JO d’Athènes en 2004. Toutefois, cette équipe composée des deux récents meilleurs joueurs de la NBA Tim Duncan et Allen Iverson, allait connaitre une nouvelle désillusion.

En effet, cette campagne olympique s’est soldée par 3 défaites et le gain d’une médaille de bronze, derrière les équipes d’Argentine et d’Italie. Ce fut la première fois depuis la participation en 1992 des joueurs de basketball professionnel, que les USA échouaient à remporter la médaille d’or.

Après ces deux campagnes, les États-Unis chargent Jerry Colangelo, un manager en NBA de redéfinir la préparation en équipe nationale. Colangelo accompagné du nouvel entraineur Mike Krzyzewski, de l'université Duke, mit en place un nouveau programme et un règlement plus strict imposant aux joueurs de s’engager jusqu’aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

Cependant, malgré une ossature stable composée par des joueurs de talents comme Dwayne Wade, LeBron James et Chris Paul, Team USA échoue aux championnats du monde de basket-ball 2006 au Japon. L’équipe échoue au stade des demi-finales face à la Grèce, avant de remporter une nouvelle médaille de bronze face à l’Argentine. Toutefois, cette génération aussi talentueuse qu’investie allait ensuite remettre l’équipe des États-Unis de basket-ball au sommet.

La Redeem Team USA : la renaissance après 2006

Après sa défaite face à la Grèce en 2006, Team USA aborde les Jeux Olympiques de Pékin en 2008 avec un effectif considéré comme le meilleur après celui de la Dream Team. Surnommée The Redeem Team, cette équipe est composée de 11 All-stars et du MVP en titre. Menée par LeBron James, Kobe Bryant et Chris Paul, la Redeem Team termine invaincue du tournoi et remporte l’or face aux champions du monde espagnols.

Depuis 2006, Team USA n’a plus lâché son trône et a remporté les 6 tournois majeurs dans lesquels elle était engagée, sans perdre un seul match. À savoir le tournoi des Amériques en 2007, les jeux olympiques de 2008, 2012 et 2016 ; ainsi que les mondiaux de 2010 et 2014.

Depuis, le programme de préparation de Team USA est devenu tellement performant que l’important vivier de talent américain lui permet de faire face à de nombreux problèmes. À titre d’illustration aux mondiaux de 2010 et 2014, mais aussi aux Jeux de Rio en 2016, les États-Unis ont aligné des « équipes bis ». Une situation qui ne les a pas empêchés de remporter la victoire.

Une nouvelle victoire en vue pour les jeux de 2020 ?

Après la campagne des JO de Rio, Mike Krzyzewski, dit « coach K », s’est retiré avec un bilan impressionnant de 88 victoires pour 1 défaite. C’est d’ailleurs, le seul coach de l’histoire qui soit triple médaillé d’or olympique. En vue des JO de 2020 à Tokyo, coach K a passé la main à l’entraîneur des San Antonio Spurs Gregg Popovich.

Avec cette succession, on est en droit de se dire que la suprématie sur le basket international des Américains risque peut de s'ébranler d'ici peu. Parce que Popovich le technicien aux 5 bagues NBA est considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs coachs de l’histoire de la NBA, voire même le meilleur en activité.

Pourtant, les rivaux de Team USA pourraient émerger, étant donné la progression du basket international. Par exemple, le Canada qui sera mené par Andrew Wiggins, l’Australie et ses joueurs NBA dont le récent numéro un de la draft 2016 Ben Simmons. Sans oublier bien évidemment la France, qui même si elle a dit au revoir à la génération Parker, possède une génération talentueuse autour de joueurs évoluant en NBA tels que Rudy Gobert, Joffrey Lauvergne et Evan Fournier.

  • Partager :
  • Réagir :

Vos réactions

Poster un commentaire